• zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet Dessins/Drawing: Oliver Koulischer
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart
  • zoomReliefs d'un banquet
    Reliefs d'un banquet © M. F. Plissart

Reliefs d'un banquet

Présentation


Reliefs d’un banquet est un spectacle à la fois lyrique et chorégraphique. Basé sur le « drame symphonique » Socrate, d’Erik Satie, sur des dialogues de Platon, et sur sa « décalque décalée », Cheap Imitation, créée par John Cage cinquante ans après pour Merce Cunningham. Y alternent parties chantées et parties uniquement dansées. Dans l’esprit de Satie, une « chorégraphie d’ameublement » joue un rôle d’encadrement durant les parties chantées. La danse quitte ce registre pour se déployer de manière centrale sur la partition de John Cage.

Une dramaturgie distanciée, axée sur la question de la liberté de pensée et de mœurs, rappelle la fragilité des acquis à cet égard. Le choix de Satie de donner des voix féminines à des personnages masculins est pris littéralement : les individus sur le plateau jouent tous des rôles d’hommes, dans un cadre qui cherche à retranscrire l’atmosphère de salon qui fut celui de la création de Socrate. Leur apparence s’inspire, de manière contemporaine, de l’esthétique des années 1920, et en particulier des glissements opérés à cette époque entre le masculin et le féminin.

Satie donne pour indication au début de sa partition : récit, en lisant. Et Reliefs d’un banquet est bien un récit fondé sur différentes lectures: de Platon, de la vie de Socrate, de celle de Satie, du contexte de création des deux œuvres musicales employées, et des résonances que prennent ces lectures aujourd’hui. Ce récit s’exprime de manière allusive, par le corps et par la voix.


Presse

Presse

"A partir du 'drame symphonique' d'Erik Satie (Socrate), de l'interprétation qu'en donna plus tard John Cage (Cheap Imitation) et du contexte dans lequel chacune des œuvres ont été composées (…), le chorégraphe Thierry Smits et son dramaturge Antoine Pickels ont composé un manifeste contre toute forme de dictature. La figure de Socrate tient lieu de métaphore de la liberté de penser (et d'aimer), sa fin tragique celle de la fragilité de cette liberté".

Sonia Schoonejans, Ballet 2000, mai 2004

"Le spectacle, rigoureusement construit (…), alterne les parties chantées avec des parties uniquement dansées. A la fois lyrique et chorégraphique, c'est une gageuse réussie où sensations optiques et sensations auditives concourent à une forme unique de 'chant dansé'. Contre le cloisonnement des compétences savantes, contre la fiction paresseuse d'une histoire linéaire et l'illusion d'un progrès continu, il met l'accent sur le passage entre disciplines et époques".

Sonia Schoonejans, Ballet 2000, mai 2004

"Défense de la liberté de penser, de respirer et de jouir sans bornes moralistes, tel est le discours revendiqué en filigrane par cet objet scénique pour le moins hors norme, et volontairement peu caressant… "

AB, Zone 02, 28 avril 2004

"La grande réussite du spectacle est d'avoir réussi la fusion entre danseurs et chanteuses dans un mouvement d'ensemble. Les voix (…) se fondent dans la chorégraphie et la scénographie. Mais, derrière l'aimable apparence de la réception, s'élèvent des images plus dures de la montée des totalitarismes et des rapports ambigus entre la victime et son bourreau. (…) Un spectacle d'une grande intelligence, qui séduit ou choque mais qui livre un récit polyphonique à lire à sa manière".

Martine Dubois, La tribune de Bruxelles, 15 avril 2004


Tournée

Tournée

30-31/03/04

 

PREMIERE: Biennale Internationale Charleroi/Danses, Les Ecuries

Charleroi (BE)

23-29/04

& 4-8 /05/04

Théâtre Varia

Brussel (BE)

18/05/04

Théâtre du Muselet

Châlons-en-Champagne (FR)

4/06/04

De Velinx

Tongres (BE)

previous
dezoom next
show